Archives mensuelles : avril 2015

Mission Ebola en Guinée


Nouvelles de Guinée :
Retour de mission du Dr Jean-Michel DINDART

Membre SFMC n° 1244

Février 2015, mission Ebola au centre de traitement Ebola (CTE) de Nzérékoré en Guinée forestière. Dr Jean Michel DINDART, SAMU 33 CHU de Bordeaux, Référent NRBC de Zone Sud-ouest, SFMC, EPRUS, Task-Force Ebola, ALIMA.

Après un faux départ avec l’EPRUS, et un passage d’une semaine à la « Task-Force Ebola » fin janvier, au centre de formation Ebola (CFE), centre exceptionnel, de l’UISC n °1 de Nogent le Rotrou, j’atterris au CTE de Nzérékoré le 7 février.

Ma mission est constituée des soins dans le CTE, de l’étude clinique « Favipiravir » de l’INSERM en tant que point focal, et la charge de médecin- évacuateur des soignants vers le centre de traitement des soignants (CTS) du service de santé des armées françaises, appuyé par le régiment NRBC des Dragons de FONTEVRAUD.

Le CTS est basé à Conakry, au sein de l’aéroport. Au total quatre soignants seront évacués du CTE, heureusement des non- cas. Un grand soulagement, quand, après deux heures de vol, le patient est conduit en brancard d’isolement en pression négative, au CTS et que les collègues du SSA prennent le relais.

Le CTE est dirigé par l’ONG ALIMA, comprend 40 lits, 250 agents nationaux et une trentaine d’expatriés. Il a été construit en un mois, en novembre 2014, par le programme alimentaire mondial (PAM), stratégiquement très bien placé à quelques kilomètres de l’aéroport, à la sortie de la ville. Nous sommes à 700 km à l’est de la capitale Conakry qui est le seul à disposer d’une structure de soins bien organisée, et à 2 heures de route au sud de Macenta.

Le laboratoire de biologie virologie Belge B-FAST, dans l’enceinte du centre, réalise les diagnostics Ebola par PCR en 2 heures 30, la chimie par I-Stat, puis par Piccolo. Le test paludisme rapide (HRP2), permet un traitement antipaludéen si le résultat est positif. Le CTE fonctionne depuis début décembre 2014. Il a reçu un total d’environ 148 patients et l’étude clinique Favipiravir a inclus 47 patients.

Le 12 mars 2015, lors de mon départ, le CTE est vide.

Le samedi de mon arrivée, il reste 8 patients Ebola confirmés survivants sur les 17 décédés dans des tableaux hémorragiques inhabituels, après l’afflux massif du week-end précédent …

Image Dindart (23) Image Dindart (22) Image Dindart (21)

 Centre de Traitement Ebola ALIMA de Nzérékoré – Labo de bio-viro Belge B-Fast – Binômes sous EPI pour 1h

Je suis accueilli par mes confrères médecins, réanimateurs, infectiologues, qui me « briefent » rapidement. Le travail dans le CTE est bien rôdé, rotation des équipes toutes les 6 heures. Habillage en EPI complet ou « PPE » selon le guideline de MSF, travail en binôme, un expatrié et un national, durée obligatoire d’une heure, en zone rouge ou dans le « ward », déshabillage seul guidé par le « sprayeur » avec usage abondant d’eau de javel diluée à 0,5%. Nous sommes toujours deux ou trois médecins expatriés, renforcés par les médecins nationaux, Guinéens. La collaboration est parfaite, et les compétences excellentes. Les infirmiers, aide- soignants, hygiénistes, psychologues, logisticiens, lavandiers constituent le reste des effectifs. Les entrées sont souvent inopinées. Le patient est trié à l’admission. Après un interrogatoire selon des référentiels OMS, un examen clinique sommaire, la décision médicale de garder le patient est prise. La notion de «contact » est souvent difficile à établir. Les patients présentent une fièvre qui sera souvent très persistante. Ils sont très asthéniques, avec anorexie. Les signes digestifs sont très fréquents : douleurs épigastriques, nausées, vomissements, diarrhées. L’anémie et les troubles hémodynamiques souvent présent. Les signes hémorragiques sont plus rares.

Image Dindart (24) Image Dindart (25) Image Dindart (26)

Déshabillage spervisé par « Sprayeur » Principe de marche en avant du triage vers zone rouge contaminée

En zone d’endémie, le paludisme est systématiquement évoqué, comme diagnostic différentiel, compte tenu des signes cliniques non spécifiques de la maladie Ebola. Le diagnostic sera exclu dans la majorité des cas.

Les soins et l’examen clinique en EPI complet sont réduits au minimum, pas d’oxygène, pas de plateau technique de réanimation de proximité. La réhydratation agressive sous le contrôle du ionogramme permettra de traiter notre dernière patiente sortie guérie, Rosalie 18 ans : 14 litres IV et 3 litres per os de SRO dans la nuit, de 18 h à 7 h du matin, avec des rotations toutes les 2 heures, à cause d’un syndrome diarrhéique cataclysmique au cinquième jour.

Nous disposons d’un large éventail thérapeutique et de moyens de protection conséquents.

Image Dindart (27) Image Dindart (28) Image Dindart (29)

Brancard d’isolement en pression négative – Installation du patient pour évac. – Règles d’hygiène avec javel

La principale difficulté est la prise en charge précoce des patients. Il existe des poches de résistance où les cas contacts de la chaîne de transmission sont identifiés dans les villages par des acteurs de santé locaux et de terrain (ALIMA, CRG, MSF, OMS…). Mais il est très difficile d’extraire ces patients une fois symptomatiques pour les faire acheminer vers les CTE.

En septembre dernier, une mission d’information Ebola, composée du Préfet, des Directeurs de l’hôpital et de la clinique de Nzérékoré, ont été sauvagement assassinés. Bilan : 8 morts. Durant mon séjour, un patient identifié malade, n’est jamais arrivé au centre. Dans un autre village, le Préfet s’est fait « caillasser » au cours d’une visite. Les ambulanciers doivent entrer dans les villages pour extraire les patients avec beaucoup de prudence. Les enterrements sécurisés des décès communautaires sont une priorité. Dès qu’un décès est identifié, un prélèvement de salive pour une PCR est réalisé.

Image Dindart (30)

Javel 0,05% et « No Touch policy »

Image Dindart (31)

Incinération des DASRI

Image Dindart (32)

Récupération matériels EPI à usage multiple

La vie en dehors du CTE, à la base, est très sobre, avec la hantise d’être malade, ce qui voudrait dire évacuation systématique en brancard d’isolement par avion au CTS de Conakry. La règle du « no touch policy » est appliquée scrupuleusement. Pendant la mission, on ne se serre plus la main, plus d’accolade, lavage des mains et des semelles à la javel diluée plusieurs fois par jour…. règles de sécurité obligatoires. Chimio prophylaxie anti -palustre, moustiquaires et répulsifs…. Seuls trois restaurants sont autorisés en ville. Nous disposons de téléphone, ordinateur portable, clef 3G et accès internet par Wi-Fi dans le CTE. La nuit, des gardes de l’armée Guinéenne surveillent l’hôtel.

Le bilan de cette mission est entièrement positif. Mission riche tant sur le point humain, que médical et scientifique. L’ensemble de la communauté internationale, médicale, scientifique est rassemblée sur ces trois pays de l’Afrique de l’Ouest autour de cette crise Ebola exceptionnelle. Nous recevrons régulièrement au CTE la visite de missions d’évaluation, d’organismes gouvernementaux, nationaux, internationaux…

Le 12 mars 2015, je quitte à regret mes amis Guinéens et collègues et retrouve à l’aéroport de Conakry, mes collègues de l’EPRUS qui me « thermo flashent » une dernière fois avant de rentrer par l’avion d’Air-France pour Paris. La « quarantaine » se résumera à une semaine de vacances avant de retrouver le travail au SAMU 33.

L’épidémie de maladie virale Ebola de la Guinée forestière, débutée il y plus d’un an, s’éteint. Elle s’est déplacée à l’ouest vers la capitale Conakry, Coyah, et Forécariah. Cette épidémie en Guinée prendra plus de temps que prévue pour disparaître. Subsisteront des foyers épars à la seule condition que tous les enterrements soient sécurisés, que tous les cas contacts de la chaîne de transmission soient identifiés, immédiatement isolés et traités dès l’apparition des premiers symptômes. Cette épidémie a mis à mal le système sanitaire national. Des épidémies de rougeole se développent à cause de l’arrêt des campagnes de vaccination.

Cette épidémie a bouleversé nos pratiques, jusqu’à nos établissements de santé.

Elle a permis grâce à cet élan international de démystifier et de mieux connaître cette maladie, de la prendre en charge plus efficacement grâce à une réanimation précoce, des traitements expérimentaux, mais aussi notamment, grâce à l’aide incontestable de la biologie virologie immédiate de proximité.

Actu. 3° semaine avril 2015


Actualité 3° semaine d’avril 2015
22-23 avril 2015

-22 avril 1915 : premier emploi des gaz toxiques (chlore) au cours des combats de la Grande Guerre.
-16 avril 1955 : Jacques Perret, professeur à la Sorbonne. invente le mot « ordinateur » pour définir le nouvel appareil construit par IBM.
-23 avril 2011, USA, tornades et orages, bilan 354 morts.
-23 avril 2005, Éthiopie et Somalie, inondations, 134 morts et des milliers de personnes évacuées.
-23 avril 2004, Indonésie, un glissement de terrain enseveli un car, 43 morts.

Au cours de cette troisième semaine pas d’événement susceptible d’être considéré comme une catastrophe au sens initial, « d’inadéquation entre les moyens existants et ceux qui apparaissent nécessaires  pour faire face »
Plutôt des événements susceptibles d’avoir un impact psycho-social important surtout d’ordre affectif et /ou d’entrainer des perturbations importantes dans l’ensemble des activités humaines.

  • Australie, tempête et inondation

Dans la région de Sydney, l’intérieur des terres comme les régions côtières ont été atteintes par d’importantes intempéries avec vents violents et pluies torrentielles entrainant les destructions habituelles : routes submergées par les eaux et obstruées par les arbres déracinés, maisons endommagées avec toitures arrachées, lignes électriques arrachées.
Avec ces destructions les conséquences également habituelles : arrêt des circulations et des déplacements routiers et aériens, fermeture du port, coupures d’électricité, nombreux sauvetages de personnes bloquées par les eaux dans leurs voitures ou dans leurs habitations détruites, par contre peu de victimes.
http://fr.euronews.com/depeches/3008965-australie-trois-morts-lors-dintemperies-a-sydney/

Analyse

Depuis quelques années, l’Australie connait des périodes d’intempéries très importantes au passage de cyclone : en février 2013 ,inondations avec plus de 20 000 habitants isolés et plus de 500 morts.
En 2009, dans le Sud –Est ce sont des incendies qui ont détruit des villages entiers avec plusieurs dizaines de morts.

  • Brésil, tornades et orages au Brésil, le 22 avril 2015

Une tornade a fait 2 morts, 120 blessés et des milliers de sans-abri à Xanxerê dans l’État de Santa Catarina au Sud du Brésil le 20 avril (vidéo). Selon l’INMET, l’institut météo brésilien, les dégâts constatés correspondent à une intensité EF2 ou EF3 sur l’échelle améliorée de Fujita.(voir images et vidéo sur le site).
http://www.keraunos.org/actualites/fil-infos/2015/avril/tempete-australie-orage-tornade-bresil-inde-dust-devil-etats-unis.html

Analyse

En 2009, plus de 14 personnes avaient été tuées et des dizaines blessées par une tornade dans la région frontalière de ce pays.
Une climatologie des tornades et des trombes marines au Brésil a été publiée dans le cadre des European Conferences on Severe Storms de 2011

  • Chili, nouvelle éruption volcanique

Le volcan Calbuco est entré en éruption pour la première fois depuis une quarantaine d’années. Un important nuage de cendres s’est élevé au-dessus de la zone peuplée et montagneuse du sud du pays. Les autorités ont ordonné l‘évacuation de 1 500 habitants de la ville d’Ensenada et ceux de deux autres localités et décrété l’alerte rouge.
http://fr.euronews.com/depeches/3009775-le-chili-decrete-lalerte-rouge-apres-leruption-du-volcan-calbuco/

Analyse

Le 3 mars 2015 c’est le volcanVillarrica qui avait commencé une violente éruption

Le Chili est une des régions les plus sismiques de la planète, car il fait partie de la fameuse « Ceinture de feu », zone de l´océan Pacifique.
Le Chili compte 500 volcans considérés géologiquement actifs (15 % de la totalité des volcans actifs de la planète…), dont le volcan  « Ojos del salado » qui culmine à 6891 mètres.

  • Grèce, séisme, le 16 avril 2015

Séisme de magnitude 6,1 en Méditerranée, au large de l‘île grecque de Crète, il n’a pas fait de victimes ni de dégâts matériels graves.
La crainte d’un tsunami a conduit les autorités en France à procéder à des évacuations côtières en Corse.
http://fr.euronews.com/depeches/3006806-grece-seisme-de-magnitude-61-a-lest-de-la-crete/

Analyse

Les séismes en Grèce, pays situé aux confins du sud-est de l’Europe et de la Méditerranée, sont fréquents.
-Au 19° siècle, le séisme le plus important eut lieu le 16 février 1810: une secousse de forte magnitude (évaluée à environ 7,8) détruisit un tiers des maisons d’Héraklion, faisant entre 2000 et 3000 victimes.
-Le 12 aout 1953, un séisme de magnitude 7,2 provoqua la destruction de plusieurs villages et fit plus de 450 morts.
-Le 7 septembre 1999 , un séisme de 5,9 sur l’échelle de Richter dans les environs d’Athènes, avec un bilan.de 140 morts environ, 60 000 sans-abris et de nombreux dégâts matériels.

  • Russie, glissement de terrain, le 21 avril, 2015

Un important glissement de terrain a eu lieu en Russie près de la ville de Zaretchny, il a pu être filmé par un promeneur.
http://www.tuxboard.com/glissement-terrain-russie/
http://www.quoidenews.fr/2015/04/21/glissement-terrain-russie/

Analyse

Cette vidéo de quelques minutes montre ce glissement de terrain qui engloutit une route emportant lignes électriques et téléphoniques.
Malheureusement tous les médias reprennent les mêmes images sans apporter d’informations complémentaires : Lieu ? Durée ? Conséquences ?
Cet événement illustre bien ce concept d’information sans intérêt où seule l’image compte et qui est souvent l’habitude de nombreux médias.
Pratiquement même commentaire pour un glissement de terrain en Inde, filmé le 4 avril (http://fr.sputniknews.com/videoclub/20150420/1015732242.html).

  • Nigéria, intoxications à l’alcool frelaté

Le 15 avril dernier, un total de 24 cas « d’une maladie non identifiée » a été rapporté par les autorités nigérianes à l’OMS. A ce moment-là, 19 malades avaient succombé à cette  maladie inconnue. Ces décès étaient survenus dans deux communautés n’étaient pas liés à la  fièvre Ébola.
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de signaler  ces troubles étaient  tous liés à la consommation d’alcool frelaté, probablement contaminé avec du méthanol.

  • Congo, rage canine en 2015

Le service vétérinaire de la direction départementale de l’élevage du Niari a enregistré 64 cas de morsures de chiens enragés à Dolisie, de janvier à avril 2015. Parmi les cas évoqués, un enfant a trouvé la  mort, selon cette source.
Cette ville a connu une épidémie de rage en 2011 et 2012. Au cours de cette période, le service vétérinaire avait enregistré 157 cas  d’animaux  mordeurs et griffeurs  dont 97%  étaient des chiens  et  3% des  chats  qui peuvent eux aussi contaminer  la rage. Sur 163 patients exposés, 151 se sont  présentés au  centre antirabique.
http://adiac-congo.com/content/departement-du-niari-alerte-une-epidemie-de-rage-canine-dolisie-31260

Analyse

L’Afrique est aujourd’hui le deuxième continent le plus touché par la rage, après l’Asie (plus de 95% des cas humains mortels surviennent en Asie et en Afrique).
C’est une zone à haut risque rabique qui recense environ 44% des décès par rage humaine dans le monde.
(www.who.int/mediacentre/factsheets/fs099/fr/

  • Niger, épidémie de méningite depuis janvier 2015

Une épidémie de méningite, sévit depuis janvier au Niger, le bilan actuel fait état de 85 morts, les autorités ont décidé de fermer les écoles de la capitale Niamey où de nombreux cas ont été constatés. D’autres sources font état de 129 morts.
http://www.africain.info/-Niger-

  • Ébola, les dernières informations de l’OMS, le 22 avril 2015

La baisse du nombre de cas confirmés a cessé au cours des trois dernières semaines », « Pour accélérer le déclin de l’épidémie et atteindre le zéro cas, il faudra un engagement plus ferme de la communauté internationale, améliorer la recherche des contacts et le dépistage précoce », affirme-t-elle encore.
Dans la semaine précédant le 19 avril, 33 nouveaux cas confirmés ont été signalés, dont 21 en Guinée et 12 en Sierra Leone. La semaine précédente, 37 nouveaux cas confirmés avaient été signalés, contre 30 la semaine d’avant.
Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé, avril 2015 http://www.who.int/fr/

  • Chine, panique de foule dans le métro, le 20 avril 2015

Dans le métro de Shenzhen en Chine, un simple malaise chez une voyageuse a entrainé un phénomène de panique et des bousculades, le bilan est de 12 blessés.
http://www.linfo.re/monde/asie/667628-chine-une-douzaine-de-blesses-apres-un-enorme-mouvement-de-foule-dans-le-metro#uulPYmQFkO5ShQik.99

Analyse

Comme cela a été constaté à plusieurs reprises, un simple incident peut suffire à déclencher ces réactions de panique et de fuite incontrôlées.
Les résultats sont souvent dramatiques au plan du nombre de victimes : Shanghai, 31 décembre les festivités du Nouvel An ont été endeuillées par une bousculade à Shanghai. Le bilan officiel fait état d’au moins 35 morts. et plusieurs dizaines de blessés.

René Noto

Secours santé 2015 Sit. d’exception

Secours Santé 2015
Journées scientifiques européennes du service médical sapeur-pompier de France

LE SECOURS EN STUATION D’EXEPTION

22 au 24 avril 2015

Sur le site du Pont du Gard

Ces journées scientifiques, organisées sous l’égide de la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers, ont pour but la formation continue de toutes les composantes des Services de Santé et de Secours Médicaux.
Pour cette session, le thème retenu est « Le secours en situation d’exception ». Tout au long de ces trois journées seront organisés :

DES CONFERENCES PLEINIERES
– la prise en charge du traumatisé grave et les nouvelles techniques.
– la médecine de catastrophe et en particulier les opérations extérieures.
Nous profiterons d’ailleurs de cette occasion pour fêter les 30 ans de mission et secoursextérieurs de l’ESCRIM qui sera déployé sur le site dans sa nouvelle configuration.
– l’organisation des secours lors de grands rassemblements avec le point de vue de chacun des différents acteurs, élus, sécurité civile, santé, forces de polices, organisateurs de manifestations, association de secouristes etc… 

DES ATELIERS PRATIQUES
– l’accouchement extra hospitalier,
– l’initiation à l’échographie d’urgence,
– les nouvelles techniques d’hémostase,
– simulateur et pédagogie,
– intérêt et limite de la télé anesthésie,
– envenimations et nouveaux animaux de compagnies (NACS).
– approche psychologique de l’annonce des décès.

DES CONFERENCES METIERS
Chaque profession du SSSM aura ses propres conférences : médecins, pharmaciens, infirmiers, vétérinaires, PATS.

ACTUALITES FEDERALES
Avec la réforme territoriale, le SUAP, les sujets ne manquent pas pour animer les débats et s’informer des dernières avancées des dossiers.

DES COMMUNICATIONS LIBRES ET POSTERS
Dès le mois de septembre un appel à communications libres est ouvert. Les meilleurs travaux et posters seront retenus pour être exposés. Les meilleures communications seront récompensées.

Le comité scientifique, présidé par le professeur J.E. de la Coussaye associé à la SEMSP, à l’ANISP, à la SFMC, ainsi qu’aux représentants des groupes techniques, médecins, pharmaciens, infirmiers, vétérinaires, psychologues de la FNSPF s’est attaché à sélectionner les thèmes de conférences les plus intéressants et à faire intervenir des conférenciers reconnus dans les domaines traités.

Ces journées vous permettront également de rencontrer les fournisseurs et de découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de la médecine et des soins urgents.

Elles seront également l’occasion de se rencontrer pour travailler ensemble, confronter les pratiques, échanger les expériences et aussi partager des moments de convivialité dans un cadre géographique et historique extraordinaire.

Nous vous donnons donc rendez-vous au Pont du Gard pour Secours Santé 2015.

 

Affiche

Appel à Communications

Au plaisir de vous recevoir au printemps 2015.

L’équipe d’organisation

Ebola news n°8

EBOLA NEWS N°8
1er février – 31 mars 2015

Le 21 mars 2014, le ministère de la Santé guinéen a rapporté les 49 premiers cas de maladies à virus Ebola, marquant le début d’une épidémie sans précédent qui a affecté essentiellement 3 pays de l’Afrique de l’ouest, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Au 29 mars, on dénombrait 25178 cas confirmés, probables ou suspects dont 10445 décès selon le bilan de l’Organisation mondiale de la Santé, publié le 1er avril (1); ces chiffres restent probablement sous-estimés.

Pour prendre connaissance du document (31 pages, ce qui ne nous permet pas de le placer en lecture directe) rédigé par Michel CURE cliquer sur : Ebola news n°8

Avec nos remerciements à M. Curé pour ce très intéressant et complet point d’étape.

H. Julien

1) http://apps.who.int/gho/data/view.ebola-sitrep.ebola-summary-20150401?lang=en

19th congress WADEM, Le Cap

19ème congrès de médecine d’urgence et de catastrophe – WADEM
Cape Town

21 – 24 avril 2015

 Invitation to Attend from the Conference Chair

Professor Lee A Wallis – Chair, Local Organising Committee
6d419df821ec870bb26b8a4e32ee1ce1_WallisHeadshot

On behalf of the Emergency Medicine Society of South Africa, it is my pleasure to invite you to attend the 19th World Congress on Disaster and Emergency Medicine (WCDEM) in Cape Town, South Africa. The conference will take place from 21-24 April 2015 at the Cape Town International Convention Centre, and will be hosted by the World Association for Disaster and Emergency Medicine in conjunction with EMSSA.
2015 is an important year for WCDEM, as it will be the first time that this key conference is held in Africa. Disasters can strike anywhere, but often cause the greatest devastation when they hit communities that are not prepared to handle the resulting devastation. With this in mind, the theme for the 2015 conference will be Creating Capacity, Building Resilience. We will focus on utilizing prevention and preparedness to minimize the impact of disasters and hasten recovery by developing more disaster resilient communities.
Emergency Medicine is rapidly developing in Africa. It was first recognized as a separate specialty in South Africa in 2003, and in 2010 the FIFA World Cuptm brought a new emphasis and focus on training in the field of disaster and mass gathering medicine. Four years later, the skills and systems developed for the World Cup remain, and are allowing an accelerated appreciation and expansion of disaster services and planning in the country. Many other sub-Saharan countries are now following suit and developing their emergency and disaster care response systems, in line with the World Health Assembly’s call for better disaster preparedness.
As South Africa’s professional society, EMSSA is spearheading the development of this evolving specialty around the country and throughout the rest of the continent. We aim to improve the quality of emergency care and disaster management in areas where it is needed most by building capacity through training and outreach.
The local organising committee looks forward to welcoming you to our beautiful city, which was recently named the « Number 1 Place to Go in 2014 » by the New York Times. While you are here, we hope you take advantage of our social program and find time to visit some of our top attractions including the iconic Table Mountain, our world-renowned winelands, and the historic Robben Island.
We look forward to meeting you in Cape Town!
Warm regards
Professor Lee A Wallis
Chair, Local Organising Committee
Pour aller sur le site : WADEM 2015

Actu. 2° semaine avril 2015


Actualités de la 2° semaine d’avril 2015

15 avril 2015
 

C’est arrivé un 15 avril

Le 15 avril 1877 : Premier vol d’un hélicoptère par Enrico Forlanini.

Le 15 avril 1900 : Exposition Universelle de Paris.

Le 15 avril 19 : Naufrage du Titanic, (1500 morts).

Le 15 avril 1989 : Bousculade meurtrière au stade Hillsborough (Royaume Uni (95 morts).

Le 15 avril 1994 : Incendie dans un camp de pèlerins en Arabie Saoudite (343 morts).

Le 15 avril 20 : Attentat de Boston lors d’un marathon (3 morts, 200 blessés).

Et en 2015 ?

  • Maroc, accident de car, le 10 avril 2015

Collision entre un autocar et un camion vendredi matin dans la province marocaine de Tan-Tan (sud), cette collision a été suivie d’un incendie.

Bilan très lourd avec 31 morts et 9 blessés graves.
http://french.cri.cn/621/2015/04/10/102s428844.htm

Analyse

La gravité de ces accidents de collision, est liée soit l’incendie soit à la chute dans un ravin ou un cours d’eau qui sont des facteurs aggravants évidents.
On ignore l’existence de voyageurs indemnes et des blessés légers.
En ce qui concerne les secours et les soins hospitaliers ils ne devraient pas poser de problème majeur vu le petit nombre de blessés graves.
Impact émotionnel important du fait de la nature des victimes( adolescents et enfants).
Cependant les accidents de car restent fréquents et graves dans ce pays :
-2012, un car chute dans un ravin : 44 morts et 22 blessés.
-2011, collision de car ,14 morts et 35 blessés.
-2010, un car tombe dans une rivière, 22 morts.

  • Russie, incendie à bord d’un sous-marin, le 7 avril 2015

Un incendie s’est déclaré à bord d’un sous-marin nucléaire en cale sèche depuis plusieurs mois pour réparation.
L’importance du sinistre à obliger les équipes de secours à noyer complétement la cale pour assurer l’extinction du foyer.
http://www.liberation.fr/societe/2015/04/07/russie-incendie-dans-un-sous-marin-a-propulsion-nucleaire-en-cale-seche_1236347
http://fr.euronews.com/2015/04/07/fin-de-l-incendie-dans-un-sous-marin-nucleaire-russe/

Analyse

Le sous-marin avait été désarmé de son combustible nucléaire pendant la durée des travaux il n’y pas eu donc de risque de pollution environnementale.
Les sous-marin russes sont fréquemment t le siège d’incendie :
-En 2008, un accident à bord du sous-marin à propulsion nucléaire Nerpa avait fait 20 morts par asphyxie lorsque le système anti-incendie.
-2013 sur le sous-marin «Tomsk», lors de travaux de maintenance.
-En 2011, un incendie sur la coque du sous-marin nucléaire K-84 Ekaterinbourg, en réparation dans un chantier naval du nord-ouest de la Russie, avait fait neuf blessés.

  • Kenya, Nairobi panique après une explosion électrique, le 12 avril 2015

L’explosion d’un transformateur électrique sur le campus l’université de Garissa à Nairobi entrainé un phénomène de panique et de bousculade.
Bilan provisoire de 1 mort et près de 150 blessés.
http://www.france24.com/fr/20150412-mort-une-centaine-blesses-une-bousculade-campus-nairobi/

Analyse

Il faut rappeler que ce campus a fait l’objet il y a une dizaine de jours d’une attaque terroriste au cours de laquelle 148 personnes avaient été tuées et 15 blessées.

Le bruit de l’explosion du transformateur électrique survenant dans la nuit a été perçu comme le début d’une nouvelle attaque et entrainé des réactions de panique, des étudiants certains sautant par la fenêtre d’un 5 étage.

Lors de rassemblement de foule dans les régions où règne une certaine insécurité, il est fréquent que la moindre rumeur, le moindre incident peut déclencher des réactions de fuite, de tentatives de mise à l’abri entrainant des bousculades meurtrières, cela arrive également avec la moindre rumeur sur l’insécurité physique des lieux.(Inde, au cours d’un pèlerinage, 12 octobre 2013, rumeur sur l’effondrement du pont traversé par les pèlerins, la population se jettent dans le fleuve, 100 morts.)

  • Russie, feux de prairies, le 13 avril 2015

Des feux de prairies très importants sont survenus en Russie dans les régions du Sud sibérien dont la propagation a été très rapide en raison des températures élevées et des vents forts.
Le bilan humain est de plus de 26 morts et une centaine de brulés graves.
Sur le plan matériel, c’est plus de trente villages qui ont été touchés par les incendies, laissant 5.000 habitants sans domicile.
Plusieurs centaines têtes de bétail ont également été tuées.
L’état d’urgence a été décrété.
http://fr.euronews.com/2015/04/13/dramatiques-feux-de-prairie-en-russie/

Analyse

Ce sont les brulis de végétaux réalisés par les paysans qui sont à l’origine de ces événements.
Lors de l’été 2010, c’est la région de Moscou qui avait été touchée par de feux de forêt, attisés par les températures alors caniculaires Une soixantaine de personnes avaient trouvé la mort.
Dans ce type d’événement l’organisation des secours est difficile, ne serait-ce que par l’étendue de la zone du sinistre et la rapidité de propagation du feu.
Pour l’essentiel, il faut à fois limiter la propagation des flammes et assurer l’évacuation des populations menacées.

  • La saison cyclonique 2015, les prévisions en avril 2015

Le département des sciences atmosphériques de l’université du Colorado a publié, le 9 avril, les dernières prévisions pour la saison cyclonique 2015.
Elle prévoit sept tempêtes tropicales sur 30 jours ; trois tempêtes pouvant évoluer en cyclone et un seul cyclone pouvant évoluer en catégorie majeure.
Des prévisions revues à la baisse par rapport à celles publiées par cette même université en décembre 2014. Elle prévoyait alors douze tempêtes, sept pouvant évoluer en cyclone et trois ouragans pouvant évoluer en catégorie majeure. Si elles se confirment, la saison 2015 sera peu active.
http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/environnement/cyclones-les-previsions-de-l-universite-du-colorado-317394.php

Analyse

Ces prévisions permettent de prendre les mesures habituelles d’information des populations situées dans ces régions.
Elles sont ensuite infirmées ou confirmées régulièrement par les différentes alertes météorologiques.

  • Alimentation et insectes, l’avis de l’ANSE, le 9 avril 2015

Depuis plusieurs années déjà la FAO a estimé que « les insectes complètent les régimes alimentaires d’environ deux milliards de personnes », pour une grande majorité dans les pays sous-développés ou en voie de développement.
En France ,c’est l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) qui publie un avis relatif aux risques liés à la consommation d’insectes avec notamment l’état des lieux des connaissances scientifiques sur les risques sanitaires liés à l’entomophagie.
https://www.anses.fr/fr/content/consommation-d%E2%80%99insectes-%C3%A9tat-des-lieux-des-dangers-potentiels-et-des-besoins-de-recherche

Dernière heure…. le 15 avril 2015

  • Japon, Fukushima des images de l’enceinte du réacteur 1 endommagé, en 2011

Tokyo Electric Power (Tepco), exploitant de la centrale accidentée de Fukushima a présenté pour la première fois des images de l’enceinte du réacteur 1.

La vidéo et les photos rendues publiques, ont été prises par un robot en forme de serpent qui a été introduit dans le réacteur, l’un des six du complexe Fukushima Daiichi détruit par le tsunami du 11 mars 2011.
http://www.dailymotion.com/video/x2mnj4z_fukushima-un-robot-filme-l-interieur-du-reacteur-1_news

Noto René

Actu. 1ère semaine avril 2015

Actualités de la1ère semaine d’avril 2015

Poisson d’avril

 

Depuis près d’un demi-millénaire, le 1er avril donne lieu en France et dans quelques autres pays à d’aimables farces surtout pratiquées par les enfants et leurs parents.
Cette tradition semble remonter au roi Charles IX. Avant lui, en France, l’année calendaire commençait le 25 mars et, de ce jour jusqu’au 1er avril, les Français avaient coutume de se faire des cadeaux pour célébrer le passage à l’année nouvelle, appelées étrennes. Par l’édit de Roussillon du 9 août 1564, le roi de France décide de reporter le début de l’année au 1er janvier, sans doute pour s’aligner sur les pays voisins. Cette décision est généralisée à l’ensemble des pays catholiques en 1622 par la papauté.
En souvenir des temps anciens, les Français n’en continuent pas moins à se faire des cadeaux « pour rire » à l’occasion du 1er avril…Comme le 1er avril coïncide aussi avec la fermeture de la pêche, la période étant réservée au frai, des plaisantins auraient eu la bonne idée de lancer dans les rivières des harengs pour tromper l’impatience des pêcheurs d’eau douce ! De là, croit-on, l’origine des «poissons d’avril».

 

  • Londres, explosions électriques, le 1° avril 2015
Explosion de câbles électriques dans un quartier du centre-ville de Londres suivie d’un incendie avec un important dégagement de fumées.
Pas de victime mais des perturbations relativement importantes bien que localisées : évacuations de plus de 2000 personnes, coupures d’électricité et de liaisons internet.
Analyse
Les explosions électriques sont des accidents relativement rares aussi bien en milieu domestique qu’en milieu industriell où les mesures de sécurité sont bien définies. (Arrêté du 31 mars 1980 relatif à la réglementation des installations électriques des établissements réglementés au titre de la législation sur les installations classées et susceptibles de présenter des risques d’explosion). CIRCULAIRE DGT 2012/ 12 du 09 octobre 2012 relative à la prévention des risques électriques.
Elles sont beaucoup moins fréquentes que les explosions dues au gaz, cependant quand elles se produisent elles sont susceptibles d’engendrer des dégâts considérables en raison des grandes quantités d’énergie libérées.
Les lésions somatiques associent brulures, blast lésions traumatiques et lésions toxiques lors des grands dégagements de fumées.
Quand elles se produisent au sein des centrales électriques et des appareillages de distributions (transformateurs) elles ont également pour conséquences directes l’interruption plus ou moins longue de fourniture d’électricité aux populations.

 

  •  Golfe du Mexique, incendie sur une plateforme pétrolière, le 1° avril 2015
Explosion et l’incendie d’une plateforme pétrolière de la compagnie d’État mexicaine Pemex dans le Golfe du Mexique, au large de la péninsule du Yucatan.
Le bilan est de 4 morts et 16 blessés, 300 personnes ont dû être évacuées.
Analyse
Ces installations industrielles sont des zones à risques ,cependant les mesures de sécurité sont importantes mais  pour cette société a plusieurs reprises des accidents graves sont survenus sur ces plateformes et sur ses sites: octobre 2007,22 morts, décembre 2012, 26 morts, février 2013, 33 morts, aout 2014,3 morts.

 

  • Chine, incendie et explosion industrielle, le 6 avril 2015
Explosion suivie d’incendie sur un site chimique dans la province de Fujian, dans le sud de la Chine.
Le bilan est de 19 blessés et les moyens de secours déployés ont été très importants.
Analyse
Cette usine fabrique du paraxylène, un produit toxique très toxique et très controversé qui entre dans la fabrication de fibres et de plastiques.

 

  • Nanoparticules, nouvelles informations
Dans l’ensemble des nanoparticules les nanoargents (AgNP) présentent un intérêt particulier en médecine en raison des propriétés antibactériennes
La principale application dans le domaine médical, est le traitement des brûlures, mais ils sont présents dans de nombreuses applications de la vie quotidienne (textile, hygiène, alimentaire).
Cet article fait la synthèse des connaissances sur la production et les utilisations, les expositions et les mesures de prévention à prendre lors de la mise en œuvre de ces nanomatériaux.
Nanoargents : de la production à l’utilisation, quels sont les risques ?
Notes techniques • NT 24

 

  • Maroc, protection contre le risque épidémique « Ébola », le 6 avril 2015
Face à l’aggravation de la situation épidémiologique liée à la maladie à virus Ébola en Guinée, le Maroc réactive son plan de veille et de préparation à la riposte contre cette épidémie. (Depuis janvier 2015 78 morts sur 122 cas suspects).

 

  • Burkina Faso, épidémie de grippe aviaire dans les élevages
Une épidémie de grippe aviaire touche des élevages au Burkina Faso. Dans les élevages des dizaines de volailles ont été abattues préventivement. La Côte d’Ivoire a déjà suspendu toutes ses importations de poulet burkinabés et ce lundi, c’est le Mali qui a pris la même décision.
Analyse
Les volailles ont une part importante dans la nutrition carnée en Afrique et cette épidémie aura donc des conséquences peuvent être importantes dans le domaine nutritionnel des populations.

 

  • L’OMS et les risques alimentaires
Un programme de sensibilisation a été lancé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour rappeler les gestes à effectuer lorsqu’on conserve, prépare et consomme la nourriture.

 

  • Chili, inondations et glissements de terrain, le 2 avril 2015
Depuis plusieurs jours des pluies majeures ont provoqué des inondations et glissements de terrain dans le nord aride du Chili.
Le bilan provisoire fait état de 23 morts et 57 disparus parus et plus de 20 000 sinistrés en une semaine.
Analyse
Dans ce type événement il y a peu de possibilités de retrouver des victimes vivantes dans les glissements de terrain et il est probable que le nombre de morts sera en augmentation lors des prochains bilans, d’autant que d’autres sources font état de plus de 60 disparus.
 René Noto

Actualités fin mars 2015

Actualités des derniers jours de mars 2015
  • Les fusillades dans le monde
   –Suède, fusillade dans un lieu public, le 18 mars 2015
Deux hommes porteurs d’’armes automatiques ont ouvert le feu dans un pub de Göteborg sur les personnes présentes. Le bilan est de deux morts et une douzaine de blessés de gravité variable.
Les tireurs ont pris la fuite et actuellement les autorités privilégient la thèse du règlement de compte entre bandes rivales.
   –Tunisie, fusillade au musée du Bardo, le 16 mars 2015
Plusieurs hommes porteurs d’armes automatiques ont ouvert le feu sur les touristes qui visitaient ce musée près de Tunis.
Le bilan actuel fait état de 22 morts et une cinquantaine de blessés de gravité variable.
Analyse
Deux fusillades dans des circonstances et avec des conséquences immédiates et secondaires très différentes.
En Suède, il s’agit d’une fusillade très localisée sur les occupants d’un bar dans un quartier déjà « marqué » semble-t-il par des règlements de compte entre bandes rivales.
Les victimes appartiennent à la population de cette ville qui ne présente pas de spécificité particulière bien qu’elle soit la 2°ville de la Suède.
Le nombre de victime décédée est faible mais le nombre de victimes blessés peut donner une orientation sur l’importance des tirs.
Il s’agit donc d’une des formes connues de fusillades dans un contexte »mafieux » dont le retentissement général est modéré tant au plan local, national et international d’autant plus que l’origine des tirs reste encore très imprécise.
  -En Tunisie, il s’agit d’une fusillade ciblée sur une population de touristes dans un lieu et à une heure de grande fréquentation.
L’origine terroriste est évidente avec un nombre élevé de victimes (22 morts et plus de 50 blessés).
Le retentissement est important, sur le plan international en raison de la pluralité des nationalités concernées, sur le plan national par le retentissement sur une population d’un pays qui tentait de retrouver une stabilité politique.
  • Les accidents de transports collectifs routiers
   –Pérou, accident de car, le 23 mars 2015
Collision entre trois autocars et un camion frigorifique sont entrés en collision, lundi,  dans le nord du Pérou. Un dernier bilan du Ministère péruvien de la Santé fait état d’au moins 37 morts et 70 blessés.
   –Égypte, accident de car, le 23 mars 2015
À la suite de plusieurs accidents obstruant la chaussée, un car transportant les ouvriers d’un chantier a fait une sortie de route et est tombé dans un canal.
Le bilan encore approximatif serait de 34 morts
   France, accident de car, le 26 mars 2015
Collision entre un car scolaire et une voiture entre Blayes-les-Mines et Carmau.
Bilan de 1 blessé grave et 3 blessés légers.
   –Népal, accident de car de touriste, le 20 mars
Un car avec une centaine de passagers (dont une partie sur le toit du véhicule) s’est renversé sur une route menant au parc national.
Le bilan initial était de 11 morts et plusieurs dizaines de blessés
   –Inde, accident ferroviaire d’un train de passagers, le 20 mars 2015
Dans le nord de l’Inde, déraillement d’un train suivi du renversement de plusieurs wagons.
Le bilan est de 32 morts et une cinquantaine de blessées.
Autre accident de train le 21 mars avec déraillement et un bilan de 6 morts et une dizaine de blessés.
Analyse
Ces divers accidents objectivent la grande diversité à la fois dans les circonstances de survenue et surtout dans les conséquences globales.
   -Accident au ¨Pérou : circulation difficile en région montagneuse, accidentologie routière importante avec plus de 3600 morts en 2013 pour une population de 31millions d’habitants.
   -Accident en Égypte : fréquence et gravité des accidents de circulation dans ce pays liées à la fois aux vitesses excessive, à l’état des véhicules et à leur surcharge.
   -Népal : accident concernant un car de touristes, cette situation entrainant immédiatement des implications diverses et plurinationales.
Accident en Inde : plusieurs millions de personnes sont chaque jours transportés dans ce pays où les accidents ferroviaires sont fréquents en raison de l’état du matériel et des voies ferrées.
   –France, accident d’avion dans les Alpes
Un avion d’une  compagnie allemande s’écrase dans les Alpes près de la ville de Barcelonnette, bilan 148 morts et aucun survivant.
Analyse
Depuis la survenue de cet accident les médias ont véhiculé une masse considérable d’informations sur les circonstances de cette catastrophe aérienne.
S’il semble donc inutile de revenir sur l’ensemble de ces données, on peut cependant, dans le contexte de gestion globale d’une catastrophe, établir quelques remarques.
   -Cet événement illustre bien le fait qu’il est insuffisant de définir une catastrophe comme une situation d’inadéquation entre les moyens de secours existant et ceux qui seraient nécessaire pour faire face efficacement.
   -Outre le nombre de victimes, c’est surtout l’impact psychosocial qu’il faut retenir dans ce cas.
   -Un autre problème apparait si on veut classer cet événement : catastrophe de transport ? Accident de société ? Meurtre collectif, tuerie de masse ?
   -En fait il s’agit d’une catastrophe duale un peu particulière puisqu’il s’agit d’un accident de transport provoqué par un acte humain volontaire.
   -Les problèmes majeurs dans la gestion de cet événement étant essentiellement d’ordre matériel et logistique, dans un environnement naturel inhospitalier et dans des limites de temps très courts pouvoir retrouver et recueillir tous les débris humains aux fins d’identification.et de restitutions des dépouilles .
  • La sécurité aérienne dans le monde
Une récente enquête(1) fait le point sur l’accidentologie des transports aériens
   -Voyageurs transportés en 2014 sur 3.000.000.000 passagers on compte 761 morts
   -Par rapport aux autres moyens de transport, les statistiques montrent qu’en vélo, la probabilité de mourir est de 1 sur 4.982, de 1 de 749 pour les personnes qui se déplacent à pied et en avion, de 1 sur 11.000.000.
   -Sur la période 1945-2015, les Etats-Unis ont connu le plus d’accidents d’avion, soit un total de 784. Le suivi par la Russie (326), le Canada (177) ou encore, le Brésil (176).
   -Dans les années 40, les chances de survie lors d’un accident d’avion étaient de 20%, 19% dans les années 60, ce taux a augmenté jusqu’à 35% dans les années 90 pour se stabiliser à 24% dans les années 2000.
   -Les risques de crash sont les plus élevés au décollage (30%) qu’à l’atterrissage (25%).
   -Les années 70 ont connu le plus de crashs d’avion depuis le début de l’aviation avec 78 sur l’année 1970 et 74 en 1979.
   -Dans les années 80, après une diminution des accidents, une augmentation en 1985 (65 accidents) est recensée, puis diminution  jusqu’à atteindre 23 accidents en 2012.
   -Les chances de s’écraser en mer sont de 53%. De 1948 à 2014, 63% des avions ont disparu en mer, 27% se sont écrasés sur terre.
  • Glissements de terrain dans le monde
   –Pérou, glissements de terrain, le 30 mars 2015
Après des pluies très importantes des glissements de terrain sont survenus dans trois régions du pays, l’état d’urgence a été déclaré, les dégâts matériels sont importants et il n’a pas été précisé l’existence de victimes.
   –Burundi, glissements de terrain, le 29 mars 2015
À la suite de pluies, survenue de glissements de terrain avec destruction d’habitation et de terres agricoles, le bilan (provisoire) est de 18 morts et de nombreux sinistrés.
   –Inde, glissements de terrain, le 30 mars 2015
Des glissements de terrain ont emporté au moins 15 personnes dans le Cachemire indien. Par ailleurs, des centaines d’autres ont été contraintes de fuir leur logement après les inondations qui ont touché la région.
   –Indonésie, Ile de Java, glissement de terrain, le 28 mars 20015
Le glissement de terrain a eu lieu dans l’ouest de Java après de fortes précipitations, le bilan provisoire était de 12 morts.
Analyse
Il s’agit d’un glissement de terrain particulier marqué par l’effondrement d’un pan de falaise qui a enseveli 11 maisons.
Les effondrements de falaises sont plus fréquents en bordure des côtes (effondrements en Normandie en juillet 2013- Sainte-Maxime, décembre 2014-région de Dieppe, décembre 2013).
  • Etats-Unis, New-York, incendies d’immeubles, le 26 mars 2015
Une explosion vraisemblablement provoquée par des travaux sur des conduites d’eau et de gaz réalisés sur l’avenue, devant les bâtiments touchés entraine l’incendie et l’effondrement de trois immeubles.
Bilan avec  2 disparus et plus de 20 blessés de gravité variable.
Analyse
Les fuites de gaz à proximité des immeubles entrainent toujours des dégâts considérables, en 2014 un incendie causé par une explosion due à une fuite de gaz avait fait huit morts dans le quartier de Harlem.
  • Cambodge, intoxications alimentaires collectives, le 27 mars 2015
Plus de 600 villageois cambodgiens, dont une majorité d’écoliers, ont été victimes d’une intoxication alimentaire après avoir mangé de la nourriture fournie par une ONG.
Analyse
Cet événement est particulier par le nombre de personnes atteintes.

René Noto